L'exploitation agricole de Rivière-Basse

Le terme "exploitation" a des connotations malheureuses. Je l'utilise car c'est le vocabulaire généralement admis pour parler d'une entreprise produisant une denrée agricole. Cependant, je me considère comme acteur du pays donc paysan.

Une surface s'étant de la vallée du Lot au Causse du Quercy

Lors de mon installation en 2015, mes parents disposaient de 19 hectares de vigne, quelques jachères et quelques parcelles de bois.

Diverses acquisitions (des fermages pour retraite de voisins principalement et des achats de parcelles en jachère) et des plantations de vigne nous ont permis d'atteindre la surface de 25 hectares. Désormais, nous ne souhaitons pas nous agrandir et, heureusement, tous les voisins sont loin d'être en âge de la retraite !

Le gel du printemps 2017 a été vécu, dans nos campagnes, comme une épreuve douloureuse. Mais pas assez (économiquement) semble-t-il pour qu'une remise en cause (de nos pratiques) générale au sein de l'appellation Cahors ou de notre coopérative viticole soit faite. Ne craignons pas la fin de monde car, comme dit Konrad Schreiber si souvent, "le changement climatique, il ne faut pas en avoir peur, car on est agriculteur et on vit tous les jours avec".

 Cliquez sur l'image pour consulter la vidéo.

Cependant, je n'avais pas non plus envie de "tendre l'autre joue" ...